La FFMC 39 au président du Conseil départemental : des paroles mais quels actes ?

 

Pour un retour aux 90 km/h sans conditions sur les routes du département, mais aussi contre l’utilisation abusive des gravillons et des rustines sur les routes, la FFMC 39 appelle les motards du Jura à une manifestation, le samedi 5 octobre 2019. Rassemblement à 13h45 square du 8 mai 1945 à Lons-le-Saunier, départ à 14h.

 

La FFMC 39 n’a pas baissé la garde ni perdu de temps sur les 80 km/h cet été en interpellant par courrier les différents élus en charge de ce dossier : le président du Conseil départemental du Jura, Clément Pernot, mais aussi les parlementaires Danielle Brulebois, Marie-Christine Dalloz (députées), Sylvie Vermeillet, Marie-Christine Chauvin (sénatrices), qui siègent également au Conseil départemental, ainsi que Jean-Marie Sermier (député).

Si les deux courriers de Sylvie Vermeillet et Jean-Marie Sermier vont dans le sens de notre demande, conformément à leurs prises de positions antérieures, la réponse de Clément Pernot semble en revanche beaucoup plus floue.

Le président du Conseil départemental indique qu’il attend la promulgation de la loi devant autoriser le retour aux 90 km/h sur les routes départementales, avant d’évoquer « sous certaines conditions », « pour certains tronçons de route », un possible retour aux 90 km/h.

Or, on sait que le Premier ministre, Edouard Philippe, qui persiste dans son erreur, fait tout pour empêcher les conseils départementaux de faire machine arrière et, pour cela, mobilisera certainement ses Préfets, qui agirons via les Comités départementaux de Sécurité routière, composés pour la majorité de leurs membres de représentants des services de l’État ou d’associations proches de la Sécurité routière.

Le CNSR (Conseil national de Sécurité routière) s’est déjà distingué en proposant une soupe technocratique qui fait qu’aucune route départementale, notamment dans le Jura, ne pourrait revenir aux 90 km/h (télécharger ici l’intégralité du rapport en PDF)

Tout cela a bien pour objectif de dissuader les conseils départementaux de revenir aux 90 km/h, en culpabilisant les élus d’une éventuelle hausse de l’accidentalité sur ces routes. En procédant ainsi, le Premier ministre, tout à ses mensonges sur les prétendus bienfaits des 80 km/h, fait fi des derniers chiffres et des travaux des experts indépendants sur le sujet, qui tendent à démontrer que la mesure 80 n’a pas – ou peu – d’effets sur la mortalité routière pour peu qu’on les regarde sérieusement. Pire, les accidents mortels auraient eu ces derniers temps tendance à baisser sur les voies à 90 et 110 km/h ainsi qu’en agglomération, mais à monter sur les voies à 80 km/h !

A lire aussi : un an de 80 km/h, tout cela pour ça ?

 

Dans ce contexte, la réponse de Clément Pernot à la FFMC 39 est déjà une reculade. C’est la raison pour laquelle, la FFMC 39 demande au président du Conseil départemental de mettre ses actes en conformité avec ses paroles et, au nom des citoyens qu’il représente, de passer outre les pressions de l’État et de décider, comme il s’y était engagé, à repasser une majorité de routes du département à 90 km/h.

Pour ce retour aux 90 km/h, un meilleur entretien des routes départementales et contre l’usage abusif des gravillons et des rustines, comme nous avons pu le constater cet été, la FFMC 39 appelle d’ores et déjà les motards du Jura à une large mobilisation en vue de la manifestation du 5 octobre.

Ras le bol des 80 km/h et de la politique de sécurité rentière !

Ras le bol des rustines et des gravillons jetés par tombereaux entiers sur nos routes !

Les motards du Jura sont très en colère !

Author: JusDorange

2 thoughts on “La FFMC 39 au président du Conseil départemental : des paroles mais quels actes ?

  1. ras le bol de n’être que des vaches à lait !! les limitations de vitesse sont contre-productives comme nous le prouvent nos voisins européens ! il faut faire entendre nos moteurs aux oreilles bouchées des politiques !! et leur remettre en tête que nous sommes des électeurs !!

Comments are closed.