80 km/h : le grand bluff du Premier ministre ne passe pas !

Manif contre le 80 km/h : la « 39 » en route vers Besançon

COMMUNIQUE DE PRESSE

Lundi 28 janvier, le Premier ministre, Edouard Philippe, a absolument voulu démontrer le bien-fondé de sa mesure 80 sur tout le réseau secondaire non équipé d’un séparateur central lors d’un « grand numéro » d’acteur joué dans un centre de réadaptation pour personnes handicapées. Pour cela, il n’a pas un instant hésité à manipuler les chiffres de la mortalité routière.

La FFMC39 tient à rétablir la vérité sur les chiffres de l’accidentalité qui, paradoxalement, sont publiés sur le site du gouvernement et consultables par tous. Concernant la mortalité du second semestre 2018, en métropole, le Premier ministre annonce 119 morts en moins par rapport à la même période de 2017. C’est faux.

D’après les chiffres officiels du ministère, ce ne sont pas 119 vies qui auraient été épargnées au second semestre, mais « seulement » 81, malgré la mise en place du 80km/h. Au premier semestre, encore sous la limitation à 90 km/h, ce sont cependant 105 morts qui ont été évités.

Pourquoi cette erreur, si ce n’est pour manipuler l’opinion
et prendre les usagers de la route pour des imbéciles ?

Sur l’ensemble de l’année 2018, le Premier ministre parle d’un recul historique du nombre des tués et prend, pour étayer son propos, les statistiques de l’année 2013, jusqu’alors citée en référence. Là encore, ses affirmations sont fausses.

Après correction d’un oubli « subtil » des données des Dom-Tom, ce qui au passage montre le peu de cas que ce gouvernement fait de ces populations, les chiffres de la mortalité routière pour l’année 2018 sont supérieurs de 2,2 % à ceux de l’année 2013 : il a en effet été comptabilisé 77 morts de moins en 2013, année qui pourtant disposait d’une limitation à 90km/h.

La FFMC 39 ne se réjouit pas, loin de là, de cette mortalité routière supérieure en 2018 à celle de 2013. Mais renvoie le Premier ministre à sa démonstration mensongère, la déclarant nulle et non avenue.

La Fédération française des motards en colère soutient en revanche qu’il est possible d’améliorer la sécurité de tous les usagers de la route sans pour cela utiliser des stratagèmes éhontés. Il suffirait pour cela de prendre en compte ses remarques et ses propositions en matière d’éducation routière, notamment pour améliorer la prise en compte des 2RM. Car ceux-ci sont toujours majoritairement accidentés du fait d’autres usagers inattentifs et insuffisamment formés à une bonne coexistence avec les 2RM.

De même, la FFMC prône l’amélioration des infrastructures routières, le partage de la route, la lutte contre l’utilisation du téléphone au volant, la lutte contre l’alcoolisme et l’usage de stupéfiants, etc.

Elle maintient qu’œuvrer pour une réelle sécurité routière, c’est travailler avec les usagers, et non contre eux, en favorisant la concertation, la responsabilisation et la formation de tous, et non en utilisant la trique, le mensonge et l’intimidation.

A Lons-le-Saunier, le 29 janvier 2019

Pour télécharger le communiqué de presse : cliquer ici

Contact : Alain Mazzier 06 95 77 42 14www.ffmc39.fr – 5, avenue Jean-Moulin 39000 Lons-le-Saunier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*